Du job qui vous épuise au job qui vous fait vibrer

vibrer

Votre job vous épuise ? Vous aimeriez trouver un métier qui vous fasse vibrer ? Dans cet article, je vous raconte mon parcours dans lequel je suis passée d’un emploi qui m’épuisait à un métier dans lequel je m’épanouis pleinement. Je vous parle aussi du programme Rêv’Ailes-Toi, 3 étapes pour se créer une vie plus alignée avec soi. Pour en savoir plus, lisez cet article.

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs « J’adore mon job, je vous dis comment j’y suis parvenu-e ! ” organisé par Anne-Claire du blog Bouge Ta Vie Pro . C’est un blog que j’aime beaucoup qui vous pousse à bouger les lignes de votre vie professionnelle. Vous y trouverez d’ailleurs un article qui vous accompagne à vous poser les bonnes questions pour faire le point sur votre travail : « Comment faire le point sur son travail ». Si votre emploi ne vous convient pas tout, c’est qu’il est temps d’agir !


J’AIME MON JOB

Aujourd’hui je suis coach professionnel et j’aime ça ! J’ai choisi une vie qui me convient et dans laquelle je m’épanouis. Je vous dis pourquoi dans les lignes ci-dessous.

Un métier surmesure

Je me suis créé un métier surmesure aux multiples facettes dans lequel je peux exprimer chacun de mes talents : Former ou accompagner des équipes, intervenir auprès de personnes en individuel, faire des conférences, écrire des articles, rencontrer des personnes passionnantes etc…

Je contribue à quelque chose d’important pour moi

Ce qui fait que je me lève avec plaisir le matin, c’est surtout que je contribue à quelque chose d’important pour moi. Auprès des managers, je diffuse un message qui me tient à cœur : manager par les talents et développer la synergie dans les équipes pour déployer tout le potentiel de leurs collaborateurs. De même accompagner des personnes qui ont vécu un burn out à remonter la pente et se créer une vie plus alignée avec elles-mêmes me nourrit. Pas besoin d’avoir une note à la fin de l’année ou même un merci de mon chef, pour constater les bénéfices de mes actions.

Du burn out à ma nouvelle vie

Pourtant, cela n’a pas toujours été ainsi. Il y a un peu plus de trois ans, j’étais au fond du trou, allongée dans mon lit, incapable d’aller travailler, terrassée par un burn out. Comment ai-je fait pour transformer cette expérience douloureuse ? Comment ai-je réussi à créer cette vie qui me ressemble ? Voici mon parcours en 3 étapes.


1- PRENDRE CONSCIENCE QUE JE ME TROMPAIS

En fait, c’est le burn out qui m’a permis de prendre conscience que je n’allais pas dans la bonne voie, que la carrière que j’avais choisie, ne me correspondait pas. Sans cet événement, je serai probablement toujours à mon poste.

Comprendre pourquoi je me suis épuisée

J’avais nourri une image de moi de cadre dans une grande entreprise et j’avais brillamment réussi à atteindre cet objectif. Après des études d’ingénieur, j’avais rejoins un grand groupe où il y avait, à priori, tous les éléments pour que je puisse m’épanouir et avoir la carrière que j’avais projetée.

Je remplissais d’ailleurs parfaitement mes fonctions. Je performais bien, même très bien. J’étais dans la « zone d’excellence », comme le mentionne Christine Lewicki dans son livre Wake Up.

Sauf que je m’y suis épuisée. Était-ce la charge de travail ? la pression ? ma tendance au perfectionnisme ? sans doute un peu de tout cela, mais pas uniquement : je ne contribuais pas à ce qui avait de la valeur pour moi.

Réfléchir à ce que j’aimais le plus dans mon travail

Au cours de l’arrêt de travail, j’ai pris le temps de réfléchir à ce que j’aimais dans mon travail et ce qui ne me convenait pas. J’ai alors réalisé que ce que j’appréciais le plus, était les journées de coaching d’équipe, le management transversal, le développement personnel, etc. En fait j’aimais développer les personnes, pas les produits.

Après réflexion, je dirais, que tout cela, je le savais déjà, avant l’épuisement professionnel, mais je me contentais des petits espaces où c’était possible dans mon emploi du temps. La pression augmentant, il y avait de moins en moins de temps pour s’occuper de l’humain et donc de moins en moins d’espace pour ce qui me nourrissait. Il fallait donc que je change de poste pour que “développer l’humain” devienne mon objectif principal.


2- MIEUX SE CONNAÎTRE

Explorer les postes qui me conviendraient mieux

Quand je suis revenue au travail, j’ai demandé un bilan de compétence pour identifier les possibilités de postes qui me conviendraient mieux.

En parallèle, je me suis fait accompagner par un coach. J’ai travaillé à mieux me connaître, sans filtres, faux semblants. J’avais été très forte pour me persuader (et persuader les autres) que le poste d’ingénieure était parfait pour moi. Peut-être une particularité liée au haut potentiel où le faux-self a une place importante.  Il était donc temps d’arrêter de se mentir.

J’ai exploré

  • mes talents (ce que je sais faire bien de façon innée et où je prends du plaisir)
  • mes valeurs (ce qui est vraiment important pour moi)
  • ce à quoi est-ce que je veux contribuer et ce que je me sentais appelée à faire aujourd’hui

Mieux se connaître une étape indispensable

Je pense que cette étape « mieux se connaître » est particulièrement importante pour les personnes qui ont vécu un épuisement professionnel.

Une des causes du burn out est de dépenser beaucoup d’énergie pour une chose à laquelle nous accordons peu de valeur. La phrase clef est souvent : « tout ça pour ça ». Redéfinir ce qui est vraiment important pour soi est donc indispensable.

De plus le burn out entame l’estime personnelle. La victime se croit faible, vulnérable. Reposer les bases de qui elle est, quelles sont ses forces est important pour regonfler la confiance en soi. Pour aller plus loin, lisez l’article sur la honte du burn out.

En quelque sorte, faire un burn out, c’est s’être perdu, oublié. Se retrouver est donc la première étape pour aller mieux et bien se connaître indispensable pour éviter la rechute.

« Mieux se connaître » est d’ailleurs la première phase du programme Rêv’Ailes-Toi que je propose aux personnes s’étant épuisées au travail et souhaitant se créer une vie plus alignée avec elles-mêmes.

Cette étape réalisée, on peut définir son « Rêve », ce à quoi on veut contribuer. C’est la seconde étape du programme. Bien souvent le rêve est déjà là, depuis longtemps, mais il est enfoui sous une pile de croyances et de peurs qui l’empêchent d’émerger. Travailler sur soi permet de prendre conscience que ce « Rêve » a en fait tout son sens. Pour en savoir plus sur le programme Rêv’Ailes-Toi rendez-vous ici.

Pour ma part, j’ai pu identifier que ma place était d’accompagner les personnes à se développer et que le métier de coach professionnel correspondait à cela. Mais mon aventure était loin d’être finie !


3- AFFRONTER SES PEURS

Affronter ses peurs et se mettre en mouvement

Ce changement de direction a engendré beaucoup de changements dans ma vie. Au final, ce chemin a duré 3 ans : j’ai quitté mon emploi, déménagé, repris mes études et surtout j’ai dû affronter mes peurs. Une véritable épopée faite de hauts et de bas !

Les grandes peurs que j’ai dû affronter :

  • Reprendre mes études et faire une formation de coach professionnel (c’était important pour moi d’avoir une formation reconnue par l’état et un niveau bac+5, même si cela nécessitait plus de temps et de travail à fournir).
  • Quitter mon emploi : Quitter des personnes que j’aimais. Me séparer d’un statut social et d’une reconnaissance de mes pairs pour recommencer à zéro. Abandonner le statut confortable et rassurant de salarié.
  • Avoir le courage de devenir entrepreneur : regarder en face mes peurs de l’échec et embrasser l’incertitude du métier de consultant

Se faire accompagner et investir en soi

Pour y arriver, je me suis fait accompagner par des coachs à différents moments de ce projet. C’est d’ailleurs la troisième étape de programme Rêv’Ailes-Toi : « Déployer ses ailes » grâce aux outils du coaching.

Pointer du doigt son rêve ne suffit pas à le rendre réel. C’est de se mettre en mouvement qui fait avancer les choses. Investir en soi est souvent le premier acte fort qui concrétise le projet. Se faire accompagner, c’est libérer les boulets que l’on traine aux pieds et qui ralentissent ou empêchent notre marche.

Aujourd’hui, 3 ans plus tard, je suis heureuse de constater le chemin parcouru. Chaque pas s’est fait l’un après l’autre. Il y a eu plusieurs changements de direction sur le parcours. Au départ, je n’imaginais pas une seconde que je serais un jour installée à mon compte.


LES 3 ETAPES DU PROGRAMME RÊV’AILES-TOI

revailes-toi infoG


CONCLUSION

Et vous, où en êtes-vous par rapport à votre poste ? Vous êtes-vous créé cette vie qui vous ressemble ? Racontez-nous à votre tour comment vous avez fait pour y parvenir.

Si non, que décidez-vous de faire pour vous créer une vie plus alignée avec vous ? Dîtes-le nous dans les commentaires.

Cet article vous a plu ? Faites le suivre à d’autres personnes pour les inspirer à leur tour.

crédit photo : pixabay : Myriams-Fotos

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

15 réflexions sur « Du job qui vous épuise au job qui vous fait vibrer »

  1. Salut ! Bravo pour cet article qui me parle beaucoup.
    Je crois avoir fait un burn-out cet été suite à un trop plein au niveau professionnel.
    J’aurai bien aimé me faire accompagné par un coach.
    Et maintenant j’ai changé de travail, je reprend ma vie en main !
    En tout cas, cette expérience m’a permis d’un peu mieux me connaître.
    Continue comme ça 🙂

    • Merci Sophie pour ce retour.
      Bravo d avoir osé changer les choses et de prendre ta vie en main.
      Si tu penses avoir vécu un burn out cet été. Il serait intéressant, si tu me l as pas fait, de rencontrer un psy ou coach spécialisé dans l épuisement professionnel. Même si tu vas mieux aujourd’hui. Tu pourras mettre le doigt sur ce qui s est passé dans ton environnement de travail et dans tes comportements pour éviter de reproduire les mêmes schémas.

  2. En effet apprendre à se connaître est le préalable à toute démarche. Cela devrait même être enseigné dans les écoles car mieux on se connaît mieux on comprend les autres et plus on a d’indulgence pour les “petits” défauts des uns et des autres.

    • Vie QuatreSixQuatre, c est tout à fait vrai ! Et cela change aujourd’hui ! J’enseigne dans une prestigieuse école d ingénieur aux étudiants à mieux se connaître pour mieux choisir leur orientation et devenir le professionnel qui leur ressemble. Ce seront pour la plupart de futurs managers, ces outils leurs seront donc utiles aussi dans leurs rapports avec leurs collaborateurs.
      L idéal serait de le diffuser bien avant, et je pense que cela viendra.

  3. Bonjour !
    J’espère moi aussi pouvoir créer pour moi ce job sur mesure. J’y travaille assidument…
    Merci pour cet article inspirant qui reprend d’ailleurs un certain nombre d’étapes par lesquelles je suis passée mais qui me donne d’autres pistes à étudier. Je dois notamment mieux me connaître moi-même… long travail en perspective !

    • Merci Carine. Je te souhaite une belle année 2020 pleine d exploration… de toi-même. Je suis sure que tu y trouveras des choses extraordinaires. 😉

  4. Bravo pour ce parcours et surtout pour le fait de nous montrer que tout est possible ! J’ai déjà changé 2 fois de métier, et à chaque fois, au-delà de mes propres doutes, il y a eu ceux de mon entourage…
    Pas facile à vivre, mais on est tellement heureux lorsqu’on a franchi le cap et qu’on s’épanouit ! 🙂

    • Merci Virginie pour ce témoignage en courageant. C est vrai qu il y a nos peurs, mais aussi celles des autres à affronter. Et ce n est pas facile. C est pourquoi se faire accompagner dans ces tournants de vie est important. Sinon nos doutes (ou ceux des autres) risques de nous laisser cloués au sol… bravo à toi !

  5. Bonjour Astrid,

    Je trouve très pertinent le fait d’enseigner très en amont à l’école (ou à la maison) à mieux apprendre à se connaître car cela est utile dans de très nombreux domaines qui sont très utiles pour ces orientations professionnelles et qui impacte aussi de manière significative les relations que nous construisons avec les autres.

    Merci pour ce partage, je te souhaite de très belles réalisations pour 2020 : )
    Johann

  6. Je me reconnais tout à fait dans cet article. Le changement professionnel est une étape de taille, un cap délicat et instable à passer, qui apporte beaucoup de joie, de liberté mais également son lot de peurs ! Je crois qu’il est fondamental de se faire accompagner et d’être extrêmement bien entouré.e

  7. Bonjour Astrid,

    Même si je n’ai pas connu de job que je n’aimais pas (j’ai toujours été freelance), cet article me parle parce que j’aime beaucoup mon métier de rédactrice web. Je sais ce qu’est le fait d’aimer son job et de ne pas avoir l’impression de travailler. Voilà pourquoi je n’ai qu’un mot à dire aux personnes qui hésitent encore à changer de métier : lancez-vous ! Et si ça ne marche pas, tant pis, vous aurez essayé. C’est toujours mieux que d’avoir des regrets. Et si ça fonctionne, ma foi : c’est carrément le pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *