Les 7 étapes du burn out

7 etapes du burn out


Qu’est-ce que le burn out ? Comment le processus se met-il en marche ? Comment fait-on pour en arriver là ? Mais aussi par quelles étapes est-ce que le « burnouté » va-t’il passer ? Combien de temps est-ce que cela va durer ? Si vous cherchez des réponses à ces questions, je vous invite à lire la suite de cet article.

Ces questions, je pense que beaucoup de personnes concernées de près ou de loin par le burn out se les posent. Pour éviter toute déception, je vais commencer par cette réponse : le syndrome d’épuisement professionnel est complexe et il n’y a pas de réponse simple et toute faite. Pour vous accompagner dans cette réflexion, je vous propose, dans cet article, d’analyser le burn out en 7 étapes en mots et en images. Je développerai ensuite chacune des étapes dans des articles ultérieurs.


QU’EST-CE QUE LE BURN OUT ?

Maslach et Leiter dans « burn out des solutions pour se préserver et pour agir » décrivent l’épuisement professionnel comme « un processus graduel au cours duquel la disparité entre les besoins de la personne et les exigences professionnelles s’accentue ».

Arlette Janssens le décrit dans sa conférence comme un « effondrement ». Elle ajoute : « Le burn out, c’est une bombe à retardement. C’est quelque chose qui arrive petit à petit ».

De même Sabine Bataille dans « se reconstruire après le burn out » indique qu’« il est difficile d’identifier le démarrage, ou l’évènement qui aura mis le feu aux poudres, car il ne s’agit pas seulement d’un événement (…), mais d’une succession d’événements et d’un enchevêtrement de faits, influencés par des facteurs différents et interactifs entre eux. »

Le burn out est donc un processus, long et complexe.


LES 3 PHASES DU BURN OUT DECRITES PAR L’INRS (2011)

  1. Phase d’alarme : où le corps réagit au stress à travers la libération d’hormones spécifiques (les catécholamines) qui ont pour conséquence : l’augmentation de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle etc.
  2. Phase de résistance : Si la situation stressante persiste, l’organisme entre en phase de résistance et de nouvelles hormones sont sécrétées (les gluco-corticoïdes). Le système central a encore la capacité à réguler ces hormones.
  3. Phase d’épuisement : Les capacités d’adaptation de l’organisme sont débordées. L’état de stress chronique est installé. Pour faire face à la situation, le corps sécrète encore plus d’hormones. Le système de régulation des hormones ne fonctionne plus. L’organisme est submergé d’hormones et en permanence activé, petit à petit il s’épuise.

LES 12 ETAPES POUR SE RECONSTRUIRE APRES UN BURN OUT (RPBO)

Sabine Bataille dans la méthode RPBO propose 12 Etapes pour se reconstruire :

  • 1- le temps du retrait (le jour de l’ arrêt de travail prononcé par le médecin)       
  • 2- le temps de l’arrêt
  • 3- le temps du repos
  • 4- le temps des ressources à stocker
  • 5- le temps de la réflexion
  • 6- le temps du désir (envie de se remettre en action)
  • 7- le temps du risque (peser le pour et le contre)
  • 8- le temps de l’écologie (équation désir/risques/bénéfices)
  • 9- le temps de l’agir
  • 10- le temps du pouvoir (être en capacité d’action) 
  • 11- le temps du vouloir-agir (envie d’atteindre un but)
  • 12- le temps du pouvoir-agir (être en capacité de mouvement vers son but)

Les étapes 1 à 3 sont liées à l’urgence pour la santé du burnouté, les étapes 4 à 6 à la réflexion, les étapes 7 à 9 à l’épanouissement possible au travail, les étapes 10 à 12 à la mise en action.


D’AUTRES FACONS DE DECRIRE LE PROCESSUS DU BURN OUT

Maslach et Leiter dans « burn out des solutions pour se préserver et pour agir » décrivent 3 étapes :                                                                                                                    1 – un état de fatigue psychologique                                                                                    2 – un stade de dépersonnalisation                                                                                    3 – un stade de diminution du sens de l’accomplissement et de la réalisation de soi

Dans My HappyJob, Marina Bourgeois définit 3 étapes : MyHappyJob – les 3 phases du burn out                                                                                                                                 1- la période de surchauffe                                                                                                 2- l’effondrement                                                                                                                 3- la remontée

Dans Oser-rêver-sa-carrière, Marina Bourgeois le découpe cette fois-ci en 4 étapes : Oser rever sa carriere – le burn out en 4 couleurs                                                                       1- vert (tout va bien)                                                                                                            2- orange (début de fatigue)                                                                                                3- rouge (burn in)                                                                                                                4- noir (burn out)

Sandra Effervescience : décrit le burn out expliqué avec des œufs et une pile

Alors qui a raison ? tout le monde probablement, c’est juste une façon de découper différemment ou de regarder une partie de l’image plus en détail.


LES 7 ETAPES DU BURN OUT

Je vous propose la vision qui me parle le plus, bâtie à partir de mon vécu, des interviews que j’ai réalisées et de lectures sur le sujet. Peut-être vous reconnaitrez-vous dedans, peut-être pas, c’est pourquoi je vous ai partagé les autres modèles en introduction. Dans tous les cas, je vous invite à partager votre expérience dans les commentaires de cet article pour permettre à d’autres de mieux comprendre comment le processus s’est mis en place pour eux.

7 etapes du burn out

  1. l’euphorie
  2. le burn in
  3. le burn out
  4. la décompression
  5. la récupération
  6. la reconstruction
  7. la nouvelle vie

 

 


PHASE 1 : L’EUPHORIE, LA QUETE DU GRAAL

La première phase que je vous propose dans ce modèle est souvent oubliée. C’est la phase où tout va bien. La personne intègre son nouveau poste, s’investi dedans et réussi. Elle est en train de monter en pleine puissance. Le cercle vertueux efforts/résultats/reconnaissance fonctionne bien et renforce son envie de donner plus. Cette phase est en général longue et dure pendant plusieurs années.

Certains se diront que c’est la vie normale, peut-être même une représentation idéale de celle-ci que cela n’a rien à voir avec le burn out. Pourtant, c’est pour moi le début du mécanisme. Et je vous partagerai les fondements de ma pensée dans un prochain article.


PHASE 2 : LE BURN IN, QUAND LE STRESS DEVIENT CHRONIQUE

La seconde phase commence de façon insidieuse. Petit à petit, le stress devient chronique et le corps commence à être dépassé.

C’est le moment où les premiers symptômes visibles apparaissent :

  • Symptômes physiques (migraines, troubles musculosquelettiques, fatigue etc.)
  • Symptômes comportementaux (irritabilité, perte de concentration, les heures au travail s’allongent, les pauses café diminuent etc.)

C’est la phase du déni. De la part de la personne en burn in qui souvent pense qu’elle va réussir à s’en sortir seule et n’appelle pas à l’aide. Mais aussi de la part de l’environnement de travail qui n’écoute pas les alertes répétées. Cela peut durer pendant plusieurs mois, voire plus d’un an.

Nb : pour aller plus loin, lisez : les articles sur les bien-faits de la pause :


PHASE 3 : LE BURN OUT, LA CHUTE

Ce que l’on appelle souvent le burn out, c’est ce moment où, du jour au lendemain, la personne n’est plus capable d’aller au travail. La chute est d’autant plus incompréhensible pour l’entourage qu’elle arrive brutalement. C’est le moment de l’arrêt de travail. C’est l’étape 1 du modèle RPBO.


PHASE 4 : LA DECOMPRESSION

J’appelle souvent cette étape post burn out la phase de « dépression » ou « décompression ». C’est, pour moi, la phase la plus douloureuse du burn out. C’est le moment où la personne lâche tout ce qu’elle a retenu pendant des mois voire des années. Les symptômes physiques s’accentuent. Le corps exprime son mal-être.

C’est le temps du repos. Où la personne, n’ayant plus aucune ressource, n’a d’autre choix que de dormir (et de pleurer pour ceux qui peuvent) en attendant que ses batteries se rechargent. Sandra Effervescience recommande pendant cette période de « faire le chat » : dormir, manger, dormir etc.

C’est une phase qui fait très peur pour la personne qui vit le burn out et pour son entourage quand on ne l’a jamais vécu. Le comportement de la personne peut faire penser à une dépression brutale. Cette étape dure quelques jours à plusieurs semaines. C’est l’étape 2 de la méthode RPBO


PHASE 5 : LA RECUPERATION

C’est le moment où le burnouté va mieux. Il commence à sortir de son lit et renouer contact avec l’extérieur. C’est la phase où la personne (ré)apprend à prendre soin d’elle, à se faire plaisir, à écouter son corps. C’est en général le moment où arrivent les premiers rendez-vous avec un thérapeute et l’occasion de mieux comprendre pourquoi et comment elle en est arrivée là.

Cette étape est faite de hauts et de bas. Dans les périodes où cela semble aller mieux, il pourrait être tentant de retourner au travail. Ce n’est pourtant pas encore le bon moment car les batteries ne sont pas encore rechargées. Et parce qu’il va falloir de l’énergie pour remonter « en haut de la falaise dont on est tombé ». Cette phase dure entre plusieurs semaines et plusieurs mois, voire années. Ce sont les étapes 3 à 6 de la méthode RPBO.

Nb : pour aller plus loin, lisez : l’article sur le nerf vague d’après une conférence de Jean-Marie Defossez : 6 astuces pour récupérer avec le nerf vague


PHASE 6 : LA RECONSTRUCTION

Une fois que l’organisme a suffisamment récupéré et que la personne possède suffisamment de ressources pour avancer, il est temps d’attaquer la reconstruction. C’est le moment où la personne sort de son statut de victime en colère et décide de transformer cette épreuve en quelque chose de bon.

Nb : pour aller plus loin, lisez l’article sur la résilience : rebondir après un burn out

Après la phase de la thérapie, c’est la phase développement personnel. Le coaching peut aider le burnouté à reprendre confiance en lui, prendre conscience de ses forces, ses talents et identifier ses valeurs et définir ce vers quoi il veut aller et se mettre en mouvement. Ce sont les étapes 7 à 12 de la méthode RPBO.

C’est le moment où se présente le choix crucial de revenir ou non à son poste. Parfois le retour au travail arrive dans cette période de reconstruction. Il est alors important de se rappeler que l’on est encore en convalescence.


PHASE 7 : LA NOUVELLE VIE, PLUS JAMAIS COMME AVANT

C’est le moment où la personne commence sa nouvelle vie. C’est en général l’étape où elle reprend contact avec le milieu du travail. Que ce soit de retour à son ancien poste ou un autre, les choses ne seront plus jamais comme avant.


CONCLUSION

Et vous, vous reconnaissez-vous dans ces 7 étapes ? Où en êtes-vous aujourd’hui ? Quelle image choisiriez-vous pour représenter votre burn out ?

Pour aller plus loin, lisez l’article le burn out selon Arlette Janssens

Vous pouvez aussi lire des témoignages sur le burn out :

Vous avez aimé cet article ? Alors commentez, likez, partagez pour que d’autres puissent eux aussi découvrir cet article et peut-être avancer un peu plus sur leur chemin.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  •  
  • 1

8 réflexions sur « Les 7 étapes du burn out »

  1. Bonjour , très intéressants ces divers articles et visions du processus du burn out.
    Le livre qui m a accompagné est : S’epanouir- réussir sans défaillir de Ariana Huffington.
    Ce que j’ai vécu pourrait faire parti d’un autre article , lol. Car il s’est manifesté en deux grands temps, comme deux burn out en un. C’est à dire qu’après la phase d’euphorie, mon corps et esprit en surchauffe ont craqué = douleurs très fortes au ventre = incapacité à travailler voire à vivre normalement = besoin de repos et de m’éloigner des conditions de travail. A ce moment là , je pensais que je gérais mal le stress, alors j’ai commencé le yoga et la méditation, et je me suis initiée à la spiritualité. Comme ça m avait requinqué et changé intérieurement j’ai repris mon poste, mais plus rien n’était comme avant, mon seuil d’endurance au stress et au surmenage et à la pression hiérarchique avait nettement diminué. Donc des craquages sous forme d’insomnies, de colère, d’irritabilité et de grosses fatigues m’ont accompagné durant quasi un an pour ensuite faire la grande chute que je qualifie de ‘ destruction ‘. Incapacité à reprendre le travail quel qu’il soit. Temps de repos, de ressources, de récupération, de réflexion, puis j’ai repris le travail au bout d’un an, mais c’était hélas bien trop tôt pour moi. Je n’étais pas apte à retrouver ce lieu de travail même dans un ou des services différents. Le traumatisme était toujours là et mon corps et esprit n’avaient pas totalement récupéré. Mais étant une battante je me suis accrochée et parce que j’avais aussi besoin d’un salaire ‘ pour vivre’. J’ai changé ma routine, mon paradigme de conscience, j’ai instauré des pratiques bien être, développement personnel, yoga chaque semaine etc. J’ai effectué un bilan de compétences avec un coach pour faire le point sur mon parcours pro et me permettre une reconversion pro. J’ai suivi des formations sur un domaine qui me passionnait et qui est devenu un projet perso pro. Mais tout cela en parallèle avec le job alimentaire, alors j’ai fait des rechutes et à chaque fois, je repassais par les différentes étapes, jusqu’à aujourd’hui où en arrêt maladie encore ! avec l’envie et l’énergie folle de créer ma micro entreprise et de m’épanouir professionnellement.
    J’ai appris à écouter mon corps et mes émotions . A prendre soin de moi et de mes besoins. A écouter mon cœur pour faire des choix. A renforcer mon estime de soi et à avoir une meilleure connaissance de soi. À vivre chaque jour comme un enseignement, un apprentissage et à avancer pas après pas vers mon objectif. À être responsable de ma vie et tout ce qui m arrive. A accepter ce qui est. Etc. Ce burn out m a fait souffrir mais je retiens cette belle reconstruction où je me sens désormais vivre une vie cohérente avec mes croyances, valeurs et convictions. Un gros coup de fouet me relier avec mon même et mon âme et sa mission de vie.
    Aujourd’hui je sais m affirmer et poser mes limites. Aujourd’hui je n’autorise plus le manque de respect à mon égard. Et je m économise en énergie, c’est à dire que je n’entre plus dans le schéma destructeur du surmenage. Je fais des pauses….je vais à mon rythme.
    Merci de m avoir permis d’exprimer mon parcours . Merci pour cet article très inspirant.
    Bien à vous
    Sonia

    • Merci Sonia pour ce beau témoignage. Parfois il nous faut plusieurs étapes pour arriver au bon endroit. Et c est vrai que ce n’est pas toujours facile. C’est tres intéressant de voir comment pas après pas vous rebondissez un peu plus vers vous. Je vous souhaite de continuer votre chemin, vers le projet qui vous appelle. Tout en prenant soin de vous.

  2. Merci pour cet article très complet !
    C’est fou comme parfois nous avons tendance à à surestimer notre capacité de travail et la capacité qu’à notre corps à résister au stress et à la pression.
    Et non ! Comme le pointe très justement ton article, la volonté ne suffit pas à tenir le coup. C’est même l’excès de volonté qui est dangereux à mon sens.
    En espérant que ton article aide un maximum de “pré-burnounter”

  3. Article intéressant. Il y a quelques années, je pensais que le burn out ne passerait jamais par moi. Maintenant je n’en suis plus si sûre. Je vois tellement de collègues en souffrance autour de moi ! Et on leur en demande toujours plus. Je trouve ça réellement effrayant…

    • Bonjour Angie,
      Vous avez raison, il est prudent de ne pas se dire “jamais moi”, d’autant plus si vous avez des collègues qui souffrent de burn out. Quand il y a un (ou plusieurs) burn out dans une équipe, c’est bien souvent que l’environnement y est propice. Etre vigilant pour ne pas se laisser emporter ou pour arrêter le cercle vicieux est précieux.

  4. Bonjour,

    Pour ma part, je pense être en phase 3. Je suis infirmière de nuit (en cancérologie). Après une énième semaine de 60h, dimanche j’ai pleuré au début du service, au cours du service, pendant le petit-déjeuner avec mon amie (en sortant du travail), puis dans ma douche, en allant faire les courses, puis le lendemain au cinéma avec mon chéri qui voulait m’aider à me changer les idées, puis au restaurant. Chaque fois je n’avais qu’une chose qui tournait en boucle dans ma tête : “Je ne peux plus y retourner”. Ça fait un an et demi que je suis dans cet état. Mais là vraiment je ne me sens plus capable d’y retourner. Là j’ai eu 2 nuits de repos. J’ai dormi, mangé, dormi, pleuré, dormi. Je suis épuisée. J’y retourne pour 2 nuits. Mercredi et jeudi. Mais cette fois j’ai pris rdv chez mon médecin traitant et chez un psychiatre spécialisé en souffrance au travail. Le rendez-vous est lundi prochain. Jusqu’ici je n’ai jamais oser demander à m’arrêter. Mais honnêtement en rentrant chez moi lundi matin je me suis surprise à penser “au mieux j’abandonne mon poste, au pire je me jette sous un metro”. Clairement je vais demander à être arrêtée. Je pense que c’est arrivé à un stade où cet arrêt est vital. Au fond de moi j’ai toujours peur de ce que vont penser les autres : que je suis une feignante ou que je ne suis pas assez battante. Mais là j’en ai assez. Il en va de ma santé. Cela fait 8 mois qu’avec mon conjoint nous essayons d’avoir un bébé. Mais dans cet état de fatigue c’est impossible. Et je vous l’avoue… parfois je me demande si je fais réellement un burn-out ou que je ne suis juste pas assez solide. Quoi qu’il en soit, cela ne peut plus durer. J’ai une vie perso épanouissante mais les souffrances au travail prennent toute la place. Je suis fatiguée physiquement et épuisée émotionnellement. Voilà… Je me sens donc en phase 3….

  5. Bonjour,
    J’ai également connu une période d’épuisement professionnel : il n’a pas été reconnu comme burn out, je n’ai pas su obtenir de mi temps thérapeutique … Je pense être arrivée à l’étape 6 : la reconstruction. C’est sur cette partie que je modifierais le schéma proposé : au lieu d’une remonté forte sur une période brève ( toute proportion gardée par rapport aux autres phases décrites) je propose une remonté par étapes avec parfois des rechutes plus ou moins fortes : ce qui expliquerai selon moi que l’on vive 2 voire 3 burn out d’affilée. Personnellement cette phase 6 de reconstruction dure déjà depuis 4 ans avec une rechute ( plus faible que la première mais significative: on m’a proposé un arrêt de travail que j’ai refusé : me disant que 2 mois de vacances et le recours à une coach suffiraient). Je pense qu’il est difficile voire peu probable de se reconstruire seule, l’aide de professionnels est incontournable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *