Les symptômes du burn out

Les symptômes du burn out

Qu’est-ce que le burn out ? Quels sont les symptômes du burn out ? Comment le reconnaître ? Pour en savoir plus, lisez cet article.


QU’EST-CE QUE LE BURN OUT ?

Le burn out ou épuisement professionnel est un syndrome complexe aux multiples symptômes.

C’est un processus graduel causé par un stress au travail devenu chronique. Il se crée dans la durée et aboutit à un épuisement physique et psychologique de la personne.

Avant la chute, des signes annonçant le burn out sont visibles. C’est la phase de burn in.

Vous trouverez dans cet article les 3 caractéristiques du burn out et une liste des symptômes du burn out.

Pour en savoir plus sur le burn out, lisez aussi :


CARACTERISTIQUE 1 DU BURN OUT : L’EPUISEMENT PHYSIQUE ET EMOTIONNEL

C’est la première dimension que l’on connaît du burn out. C’est une fatigue intense dont les personnes n’arrivent pas à récupérer. Dormir ne résout pas cette sensation d’être harassé, exténué, vidé. La perte de sommeil ou le sommeil non récupérateur est l’un des symptômes les plus récurrents remontés par les personnes en état de stress chronique (sondage opinion way).

Cette fatigue extrême s’étend souvent sur une période longue avant le burn out. Émotionnellement, la personne se sent en fragilité et en incapacité de répondre aux difficultés qu’elle peut rencontrer : un train en retard, un enfant en colère, un collègue qui ne répond pas aux emails etc.

Mon témoignage : La fatigue physique, je m’y étais habituée. Avec 2 enfants en bas âge, j’avais pris l’habitude d’avoir un sommeil entrecoupé et de me réveiller fatiguée. Ce n’est donc pas ce qui m’a alerté en premier. J’avais en revanche noté avec incrédulité que je devenais émotionnellement extrêmement sensible sans comprendre pourquoi. J’avais imaginé que c’était un problème hormonal, ce qui n’était pas faux, mais insuffisant pour prendre conscience que j’allais droit dans le mur.


CARACATERISTIQUE 2 DU BURN OUT : LA DEPERSONNALISATION

N’ayant plus de ressources pour faire face aux aléas habituels de la vie, l’individu se replie sur lui-même. Pour se protéger, il peut devenir plus distant et froid avec son entourage. Il s’implique moins dans les projets personnels et professionnels.

Face aux sollicitations, il est plus irritable et peut entrer en conflit avec son entourage.

Cette “dépersonnalisation” est notable par les futurs burnoutés et leur entourage, mais n’est pas forcément reconnue comme un des signes du burn out.

Ce retrait de la vie sociale vient alors aggraver le cercle vicieux du burn out en éloignant le candidat au burn out des personnes qui pourraient l’aider, comme le décrit Rémi dans son témoignage ci-dessous.


CARACTERISTIQUE 3 DU BURN OUT : LE SENTIMENT D’INEFICACITE

INCAPACITE A GERER LES TACHES SIMPLES

Surmenées, débordées, les personnes épuisées deviennent incapables de gérer les tâches les plus simples. Elles deviennent inefficaces alors même que leur charge de travail est immense.

LE CERCLE VICIEUX EPUISANT LE CANDIDAT AU BURN OUT

Face à cette inefficacité, elles redoublent d’effort pour compenser et s’usent encore un peu plus. Cet effet pervers du burn out vient encore incrémenter le désarroi des personnes qui en souffrent et entame leur estime personnelle et la confiance en leurs capacités. La honte de ne plus être capable d’assumer leur travail les mure dans le silence et la solitude.

LEVER LE PIED A TEMPS

Cette troisième caractéristique survient dans les dernières phases du burn in, juste avant le burn out, la chute. Si vous ne vous sentez plus efficace au travail, il est temps de lever le pied et de faire une pause. Vous avez déjà atteint un stade avancé d’épuisement. Votre corps n’en peut plus. Plus tôt vous vous arrêterez, plus vite pour remonterez la pente du burn out.

témoignages

Mon témoignage : Lors de mon second burn out, juste avant l’arrêt, je n’arrivais plus à lire les mots sur mon ordinateur. Comme une page blanche, je voyais un écran flou. Déchiffrer l’email que j’avais reçu me demandait un effort de concentration surhumain et prenait plusieurs minutes. De longues minutes qui rendait mon travail impossible.

Extrait du Témoignage de Rémi* : (Le burn out) est rentré dans ma vie, sans que je ne m’en aperçoive. J’étais en surmenage, fatigué, mais pour moi c’était juste un coup de pompe. C’est très insidieux. Ça m’envahissait. Je sentais d’un côté que je n’allais pas réussir à sortir la tête de l’eau et en même temps, je ne supportais pas qu’on m’aide. Comme je ne m’en sortais plus, je bossais de moins en moins bien. Et je le savais. Dès qu’on proposait de m’aider, je refusais parce, pour moi, cela aurait confirmé le fait que je n’étais pas à la hauteur. (…) Les symptômes ont été : une grosse fatigue ;  des insomnies ; une perte d’efficacité au travail ; une irritabilité le soir ; des problèmes de mémoire ; je rentrais tard le soir ; j’avais fait le vide autour de moi (je ne faisais plus de sport, de musique etc.). Au final, je me sentais seul, pas à la hauteur, j’avais l’impression d’être un imposteur. Comme si j’avais volé ce poste. Je n’avais plus d’énergie, pour pouvoir trouver des solutions.

Pour lire le témoignage de Rémi en entier : Burn out : Quand la valeur travail nous tue

Les caractéristiques de VOTRE burn out

Et vous, vous reconnaissez-vous dans ces 3 caractéristiques ? Vous sentez-vous épuisé physiquement et psychologiquement ? Etes-vous plus irritable ou anormalement détaché de votre entourage ? Avez-vous noté que vous n’arrivez plus à faire efficacement votre travail ? que vous commettez des erreurs à répétition ?

Si vous vous reconnaissez dans certaines de ces caractéristiques, prudence, vous êtes peut-être peut-être en burn in, cet état précédent le burn out. Si c’est le cas, vous reconnaitrez sans doute certains des symptômes liés au burn out décris ci-dessous.

Le burn out est souvent associé à des troubles physiologiques et comportementaux caractéristiques des 3 dimensions développées ci-dessus.


LES SYMPTÔMES PHYSIOLOGIQUES DU BURN OUT

Si vous souffrez de burn out, vous aurez peut-être remarqué que depuis plusieurs mois, votre corps semble se “détraquer” : vous subissez une alternance de troubles en tout genre qui semblent ne pas avoir de fin.

LISTE DES SYMPTÔMES DU BURN OUT :

  • migraines
  • douleurs au dos
  • douleurs articulaires
  • douleurs musculaires
  • troubles du sommeil
  • troubles respiratoires
  • troubles cardiaques
  • troubles gastriques
  • troubles hormonaux
  • affections de la vue
  • maladie virales à répétition (grippe, pharyngite etc…)
  • problèmes de peau
  • intensification des réactions allergiques
  • pertes de mémoire ou difficultés de concentration
  • émotivité à fleur de peau (crises de larmes, angoisse, irritabilité)
  • troubles de la libido
  • autres.

Cette liste est longue et non exhaustive, chacune de ces maladies prise indépendamment des autres n’est pas signe de burn out.

C’est l’accumulation des symptômes physiologiques qui doit alerter

C’est l’accumulation de plusieurs de ces symptômes qui doit alerter, ainsi que l’absence d’identification d’une cause organique à ces troubles. Petit truc : quand le médecin vous dit que c’est idiopathique, cela signifie “on ne sait pas d’où cela vient”.

témoignages

Mon témoignage : Je me rappelle avoir écrit après quelques jours d’arrêt maladie à mon manageur : “Bonjour X, Je crois que c’est bien un burn out. Voici les symptômes du burn out que j’ai pu trouver : (liste des symptômes). Après réflexion, je les ai tous eu !”.

L’histoire de Pénélope* : Pénélope raconte qu’avant son arrêt, son cœur s’était mis à battre anormalement, sans explication. Elle avait consulté son médecin généraliste et son cardiologue. Aucun des deux n’avait trouvé d’explication à ce qui lui arrivait. Comme elle ne mentionnait pas tous les autres troubles dont elle souffrait, son médecin ne pouvait pas faire le lien avec son état de stress. C’est après une séance de coaching ensemble, qu’elle à pris conscience que son problème cardiaque n’était que le plus alarmant de tous les symptômes dont elle souffrait et qu’elle avait occultés. Marion fut ma première cliente sur le sujet du burn out. C’est suite à son coaching que j’ai compris le bénéfice que pouvait apporter le fait que j’ai traversé le burn out moi-même pour accompagner des personnes sur ce sujet.

Les symptômes de VOTRE burn out

A vous. Avez-vous remarqué une augmentation de troubles, symptômes ces derniers mois ? Listez les problèmes de santé que vous avez remarqués. Avez-vous trouvé des explications organiques à chacun de ces symptômes ? Pourraient-ils être causés par un état de stress ? Vous empêchent-ils d’aller au travail ou de travailler efficacement ?


LES TROUBLES COMPORTEMENTAUX CARACTERISTIQUES DU BURN OUT

En parallèle des symptômes physiologiques, des troubles comportementaux peuvent vous alerter.

Un contact social perturbé

Comme mentionné dans le paragraphe précédent, la personne vivant un burn out subit un phénomène de dépersonnalisation.

Avez-vous remarqué une augmentation de l’irritabilité ou un détachement inhabituel vis à vis de l’entourage ? une perte d’humour ? d’empathie ? Cela peut-être dû au burn out. Attention toutefois : une personne peut-être naturellement colérique ou peu sociable. C’est le changement de comportement qui doit interpeller.

Un déséquilibre entre la vie personnelle et professionnelle

Des horaires de travail à rallonge, la disparition des pauses café et de la vie sociale sont des signes de ce déséquilibre. La personne en burn out, augmente son temps de travail pour tenter vainement de venir à bout de la charge qui lui incombe.

Il est possible qu’elle devienne même un temps experte en gestion du temps et enchaîne les différents outils de productivité (loi du 80/20, pomodoro etc…). En parallèle, obnubilée par les problématiques qui la rongent, elle n’est plus disponible pour son entourage. Elle n’a plus de temps ou d’énergie pour faire du sport ou s’investir dans les associations qui lui sont chères.

Des accidents ou erreurs à répétition

L’efficacité est une des dimensions du burn out. Elle se caractérise parfois par une succession d’erreurs ou d’accidents. Beaucoup de personnes rapportent parfois des accidents de voiture plus ou moins graves avant le burn out. Parfois l’accident est le déclencheur de la remise en question, comme l’explique Nathalie. La succession de petits arrêts ou retards engendrée par les accidents et erreurs à répétition sont des signes de fatigue et souvent des actes inconscients visant à empêcher le travail.

Mon témoignage : Avant mon second arrêt, j’ai eu plusieurs accidents au travail : je suis tombée dans les escaliers, je me suis fait une entorse. Tous ces accidents étaient en fait des actes inconscients pour m’empêcher de travailler. Ces actes manqués étaient souvent liés à des pensées traduisant mon stress au travail. Comme “j’en ai plein le c.. de courir entre les réunions” ou “je fais une entorse aux bonnes résolutions prises”.

Extrait du témoignage de Maud : Je n’étais plus là. Je ne savais plus où je garais ma voiture. J’ai mis à 2 reprises de l’essence dans ma voiture diesel.

Extrait du témoignage de Nathalie : Dans la foulée, j’ai eu un accident de voiture dans le cadre d’un déplacement professionnel qui a fait que j’étais obligée de m’arrêter. Pendant cet arrêt on m’a découvert une tumeur dans le bras, j’ai dû me faire opérer et être en arrêt plus longtemps que prévu. C’était un enchaînement de choses qui n’étaient pas là pour rien. J’ai réellement pris la mesure de mon épuisement pendant cet arrêt et que je ne pouvais plus continuer ainsi.

Pour lire le témoignage de Maud en entier : Ralentir pour éviter le burn out ; Pour lire celui de Nathalie : Burn out : Quand les limites ne sont pas entendues

Les symptômes de VOTRE burn out

A vous. Comment ont évolué votre rapport travail/loisir ? Avez-vous du temps et de l’énergie pour des loisirs extérieurs et voir vos amis ? Faites-vous des pauses régulières au boulot ? Ces pauses sont-elles ressourçantes ? Vos horaires se sont-ils allongés ? Remarquez-vous des erreurs d’étourderie inhabituelles ou avez-vous eu des petits (ou gros) accidents, surtout sur le trajet travail-maison ou sur votre lieu de travail ou encore en vacances quand vous pensiez au travail ?


CONCLUSION

LE BURN OUT UN PROCESSUS INSIDIEUX

Le burn out est un processus lent et insidieux. Avant la survenue du burn out, de nombreux symptômes sont perceptibles : des troubles physiologiques, des symptômes comportementaux dans la relation au travail, des accidents et erreurs inhabituels. Pourtant ces signes ne sont pas spécifiques au burn out et passent souvent inaperçus s’ils sont pris de façon isolés. C’est l’accumulation de ces symptômes, associés à un stress aigu et une fatigue intense qui doivent alerter.

LE BURN IN UNE PHASE DE DENI

La phase de burn in, précédant le burn out, est souvent une phase de déni. Le futur burnouté et son entourage remarquent qu’il y a des choses anormales qui se passent mais ne tirent pas la sonnette d’alarme. Parfois le patient consulte son médecin ou des thérapeutes pour tenir le coup ou compenser un des troubles. Mais sans l’explication complète des troubles et si le lien n’est pas fait avec la situation de stress au travail, il est souvent difficile de poser un diagnostic complet. C’est alors le corps, à bout de souffle qui l’arrête : c’est le burn out.

Si vous vous reconnaissez dans ces symptômes, arrêtez-vous et consultez

Si vous vous reconnaissez dans les signés décrits ci-dessous, consultez votre médecin. Décrivez lui tous les symptômes dans lesquels vous vous reconnaissez et des conditions de travail dans lesquelles vous évoluez. Il vaut mieux consulter et s’arrêter “trop tôt” ou “pour rien” que trop tard. Il vaut mieux passer pour “un hypocondriaque” ou “quelqu’un qui s’écoute trop” qu’aller droit dans le mur.

Au bout du chemin du burn out, il y a la mort. Karoshi c’est le mot japonais pour décrire la mort causée par le stress au travail. Alors n’attendez pas d’être sûr que vous n’en pouvez plus pour alerter. De plus, plus vous serez pris en charge tôt, plus vite pour remonterez la pente.

Les candidats au burn out sont des professionnels engagés et travailleurs, des personnes consciencieuses et fortes avec une valeur travail élevée. Ce ne sont donc pas des faibles ou des fainéants qui quémandent des arrêts de travail abusifs. Soyez rassurés, si vous devez être en arrêt de travail, c’est que vous en avez vraiment besoin.

A vous qui avez traversé le burn out, partagez votre expérience

Et vous quels sont les symptômes que vous avez reconnus ? Les aviez-vous tous identifiés ? Quels sont ceux qui vous ont alerté ? Quel conseil donneriez-vous à ceux qui se demandent qui sont au bord du burn out ? En partageant vos réponses et témoignages dans la rubrique commentaires de cet article, les autres peuvent bénéficier de votre expérience. Merci à vous.

Cet article vous a plu ? Vous pouvez le faire suivre sur vos réseaux sociaux de façon à ce que d’autres puissent le découvrir. Vous reconnaissez certains de vos proches ? N’hésitez pas à leur faire suivre cet article, cela les aidera peut-être à lever le pied avant le mur.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

25 réflexions sur « Les symptômes du burn out »

  1. Merci Astrid pour ton article dans lequel j’ai reconnu les symptômes de mon burn-out. Je l’appel MON burn-out car les raisons de son apparition sont vraiment propres à moi et je considère qu’il fait parti démonter “égo” personnel. Avec le temps je me rend compte que mon burnout m’a permis de franchir une étape de vie que je me refusait peut-être inconsciemment.

  2. Merci Astrid, pour ce texte clair et précis. Effectivement, le burnout est le mal de notre siècle. Avec cette pression de devoir garder son travail (à tout prix) trop de personnes ne le voit pas venir ou refusent de le voir… La liste des “troubles” est édifiante !!

  3. Merci beaucoup pour ton article super intéressant ! Très utile de savoir reconnaître un burnout en “préparation”, car comme tu le dis, il est parfois difficile de le voir venir et de changer de direction avant d’atteindre le “vrai” burnout…

  4. Très complet, merci Astrid ! J’avais justement prévu de publier mon prochain article sur ce sujet, avec l’interview d’une personne qui a écrit un livre sur comment se sortir du burn-out. Je vais y mettre un lien vers ton blog 🙂

  5. C’est toujours un plaisir de lire tes articles.
    Moi qui suis passé par l’étape Burn Out, je ne peux que te féliciter pour ton blog.
    Pour ma part, les signes les plus importants, avec le recul, étaient la colère (alors que je suis quelqu’un à l’écoute et plutôt calme) ainsi qu’une émotion forte. Je pleurais devant des films ou des scènes émouvante, ce qui ne m’étais jamais arrivé avant.
    Prenez soin de vous avant que votre corps de vous rappelle à l’ordre.

  6. Bonjour,
    Je partage mon expérience du burn-out, c’était progressif et j’ai fini par arrêt chez le médecin en me disant STOP un jour, ça ne peut plus continuer. C’est dangereux et c’est important de reconnaître les signes pour réussir à agir.

    Merci pour ton article 😉

  7. Merci Astrid pour cet article très complet ! Il y a un peu plus d’un an je me prenais mon burnout en pleine face après avoir été en burnin par intermittence pendant 2 ans.
    J’avais tous les symptômes mais pour moi tans que je n’étais pas clouée au lit avec 39° de fièvre, je n’avais pas de raisons de m’arrêter, c’était “dans ma tête” et ça finirai par passer. Et m’absenter du travail plus de 2 jours c’était la galère assurée, déjà que j’en ramenais parfois le weekend avec moi…
    Bref, lorsqu’on identifie tous ces symptômes, dites-vous bien que ce n’est pas “dans la tête” et que ça finira par passer tout seul. Un bon accompagnement peut vraiment aider tout comme une pause suffisamment longue pour s’en remettre.

  8. Merci pour cet article qui devrait être lu par beaucoup de monde !
    Malheureusement, quand on commence à s’y intéresser, il est souvent trop tard.

    Comme tu l’écris, le burn-out est insidieux. Je suis tombée dedans sans même m’en rendre compte. Ce sont de gros maux de tête qui m’ont finalement obligée à m’arrêter. Ils ont duré plus d’un mois.

    C’est en faisant le point avec une coach, que je me suis rendue compte de tous les symptômes qui avaient précédé et dont je n’avais pas tenu compte.

    Je souhaite beaucoup de succès à ton blog !

  9. Bonjour Astrid,

    C’est un article d’intérêt général ! Je pense être passée très très prêt du burn-out il y a 5 ans. Je compensais le stress au travail par des week-end de folie, il fallait que tout soit parfait. S’il pleuvait le samedi, je me mettais à pleurer et je ne voulais plus rien faire. Heureusement c’est mon compagnon qui a mis le doigt dessus avant qu’il ne soit trop tard et m’a sortie de là. Actuellement, je reste une bonne candidate au burn-out mais je me ralentis dès les premiers symptômes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *