Témoignage : du burn out au bore out

témoignage bore out

Qu’est-ce que le bore out ? en quoi est-ce différent ou similaire au burn out ? Dans cet article, Franck* nous partage son témoignage du burn out au bore out. Pour en savoir plus, lisez cet article.

Franck* est ingénieur dans l’industrie, la quarantaine, marié et père d’une famille nombreuse. C’est dans une grande société du CAC40 que survient son burn out causé entre autre par une situation de harcèlement moral et des relations toxiques. Alors il fuit son entreprise et se retrouve quelques années plus tard de nouveau épuisé, mais d’ennui, c’est le bore out. Dans cet article, il vous explique son histoire du burn out au bore out.

*prénom modifié


TEMOIGNAGE DE BORE OUT : LE BURN OUT DE L’ENNUI

On entend moins souvent parler du bore out, ce burn out de l’ennui. Peut-on réellement “mourir d’ennui” ? Peut-on s’épuiser de n’avoir rien à faire ?

Pas toujours facile à comprendre par l’entourage, souvent tabou, la sous charge de travail est parfois une source de stress intense pour les personnes. Une mise au placard, une réduction significative des tâches, une mise à l’écart pouvant être considérés comme des actes de harcèlement moral.

Franck nous en dit plus dans son témoignage du burn out au bore out.

Pour en savoir plus sur le bore out, lisez cet article : bore out, brown out et autres burns


1- PTB : COMMENT LE BURN OUT EST-IL ENTRE DANS TA VIE ?

Un management toxique et une gestion catastrophique des projets

Dans mon ancienne société, grand groupe du CAC40, mon premier poste était déjà mal engagé avec un manager toxique qui a généré des gros soucis de santé à plusieurs de mes collègues (AVC, malaise vagal). J’ai donc choisi de changer de poste en interne.

Dans ce nouveau poste, pendant 2 ans et demi, j’ai coché toutes les cases du harcèlement moral.

  • Des relations difficiles avec des collègues de travail dont j’ai fini par récupérer l’activité et la charge.
  • Une surcharge de travail monumentale liée au fait que j’ai récupérer le travail de collègues et à une gestion catastrophique du projet
  • Un management toxique avec comme cadeau de départ des insultes en entretien individuel.

J’ai eu à cœur de ne rien montrer, malgré cet environnement épuisant, car je souhaitais une mutation sur la région bordelaise. Je me devais de tenir bon pour ma famille et ne pas être bloqué dans mes process de recrutement si je faisais des vagues. Du moins c’est ce que je pensais à ce moment-là.

Les symptômes du burn out

Pourtant j’avais déjà des symptômes de burn out :

  • beaucoup de fatigue
  • des mini arrêts pour hypertension
  • un état cynique au travail
  • des pleurs de fatigue avant d’arriver au travail
  • des troubles de type PST aux mains qui perduraient depuis plusieurs années

Le moment de la chute

C’est à la naissance de mon 3e enfant, que j’ai craqué et démissionné en acceptant une opportunité qui me déplaisait mais qui était toutefois moins pire que ma situation professionnelle de l’époque.

Mon arrêt a finalement été mon congé de paternité pour mon 3e enfant. J’étais déjà soulagé que l’accouchement se soit bien passé, la grossesse ayant été catastrophique sur la deuxième moitié. Et j’étais heureux de profiter de mes enfants qui me voyaient peu finalement : ils se levaient à 6h pour me voir partir, c’était très difficile cette situation.

Puis cette société de prestation m’a contacté pour me faire une proposition. J’ai dit “oui” pour fuir cette situation sans solution car les process de mutation tournaient court à chaque fois. Je n’avais plus d’espoir de trouver une solution en interne. Dans le fond j’étais soulagé de ne plus devoir y retourner.

Ce qui a été le plus dur pour moi

Plus que la surcharge de travail et le harcèlement, je crois que c’est l’injustice d’avoir dû démissionner qui a été le plus dur pour moi. D’autant plus que la société me l’a fait payer à mon départ et après en me blacklistant.


2- PTB : COMMENT TON BURN OUT S’EST-IL TRANSFORME EN BORE OUT ?

J’étais tellement content de partir sur la région bordelaise, que cela a temporisé cette situation. La balance vie perso/vie pro s’était mécaniquement améliorée : j’avais jusqu’à 4 heures de transport auparavant, je suis à 20 min désormais.

Pourtant au bout de quelques années, ce choix s’est avéré tout aussi épuisant mais pour d’autres raisons. Ce changement de société était en réalité la solution la moins mauvaise à ma disposition à ce moment-là.

Pendant ces 3 dernières années, j’ai pris en charge des missions où je me suis senti complètement surqualifié et où je m’ennuyais profondément.

La situation précédente que je n’avais pas traité plus celle-ci se sont cumulées. J’ai fini par craquer nerveusement.

Un matin, sans prévenir, il m’était impossible de me lever pour aller au travail. Suite à cela, j’ai eu plusieurs arrêts maladie dont un de plusieurs mois.

Les symptômes du bore out

Les symptômes étaient proches de ceux du burn out :

  • fatigue intense
  • insomnies/nuits blanches
  • hypertension en permanence
  • douleurs aux mains qui persistent
  • et même quelques pensées d’en finir.

Comment j’ai remonté la pente du bore out

  • J’ai été suivi par une psychologue pendant plus d’un an (EMDR, ACT).
  • J’ai effectué une batterie de tests pour mes problèmes cardiaques et mes mains.
  • Puis j’ai fait un bilan de compétences.
  • Enfin j’ai appris à temporiser la situation. J’ai lu, Le Piège du Bonheur du Dr Russ notamment, livre que je vous conseille.
  • Et pour clore mon histoire, j’entame une procédure prud’hommale contre mon ancienne société.

Aujourd’hui je vais de nouveau changer de travail et retrouver une activité qui est plus dans mes souhaits. Je prends plus de plaisir dans mes activités familiales, tout n’est pas forcément tout rose mais étant dans un cercle vertueux, j’avance et c’est l’essentiel.


3- TU NOUS AS RACONTE TON TEMOIGNAGE DU BURN OUT AU BORE OUT, QU’EST-CE QUE TOUT CELA A CHANGE DANS TA VIE AUJOURD’HUI ?

En premier, cela a changé mon rapport au travail. Je relativise beaucoup plus aujourd’hui. La crise COVID m’a d’ailleurs aussi permis ce genre de réflexion.

leS conseilS que je donnerais aux personnes qui sont encore dans le creux

  • Ecoutez-vous
  • Ne vous laissez pas faire
  • Demandez conseil aux bonnes personnes (médecin, médecin du travail)

Le message que je voudrais passer

L’optimiste pense qu’une nuit est entouré de deux jours, le pessimiste qu’un jour est entouré de deux nuits

Cela peut arriver à n’importe qui. Vous ne le savez pas mais, autour de vous, des gens sont dans la même situation. Vous n’êtes pas seul. L’essentiel est d’en prendre conscience, et de changer cette situation pour votre bien. Ne laissez pas cette situation pourrir votre vie, car on n’en a qu’une.


CONCLUSION

Merci Franck* pour ton témoignage relatant ton burn out et ton bore out.

Et vous avez-vous déjà souffert d’ennui ? de manque de sens ? racontez-nous le témoignage de votre bore out dans les commentaires.

Pour lire d’autres témoignages sur le burn out:

Crédit photo : Pixabay : Peggy_Marco

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

15 réflexions sur « Témoignage : du burn out au bore out »

  1. Super témoignage, je ne connaissais pas le bore out. Effectivement avec ce témoignage on réalise à quel point cette situation peut être tout autant difficile qu’un burn out.

    Merci pour ce joli témoignage.

  2. Merci pour ce témoignage qui me parle beaucoup, car j’ai déjà eu les deux problèmes dans deux entreprises différentes. Il est en effet possible de s’ennuyer fortement au travail, et cela conduit à la déprime. J’ai donc quitté ce poste après avoir longuement cherché ailleurs malgré le fait que c’était extrêmement bien payé par rapport aux efforts à produire. Mais je m’ennuyais tellement que cela avait des conséquences sur ma santé.

    • Merci pour ce partage. Bravo à toi d avoir réussi à changer les choses avant d être totalement épuisé. Pas facile de quitter un travail bien payé qui nous épuise.

  3. A la lecture de ces témoignages, on sent la douleur des personnes. Le burn-out comme le bore out peuvent laisser des séquelles graves et impacter la confiance en soi. A un moment il faut dire STOP car personne ne le fera à notre place. Merci pour cet article qui met la lumière sur la souffrance au travail !

  4. Bonjour Astrid, Merci Franck* pour ce témoignage.

    Il me parle énormément, j’ai trainé l’ennui pendant de nombreuses années sans savoir qu’il pouvait mener à un effondrement aussi intense. Il s’est combiné avec un manque de sens, et m’amène aujourd’hui à jouer au yoyo avec mon énergie.

    Courage et bonne continuation

  5. Merci pour cet article intéressant 🙂
    l’Homme aurait-il besoin à ce point de s’occuper pour oublier sa condition de mortel er s’oublier soi-même ?
    Il est urgent de montrer aux enfants le sens de la vie… sortir des modèles consuméristes dans lequel l’humain n’a pas de place.
    De tout coeur avec Franck 🙂

  6. Merci à vous deux pour cette rencontre et cette transparence. On ne parle généralement que du Burn-out sans se douter que le monde du travail cache un tas d’autres douleurs potentielles… D’autant plus Merci à “Franck” pour son témoignage

  7. Bonjour,
    Merci pour ce témoignage. J’espère que Franck a pu se poser les bonnes questions, et a fortiori, trouver les réponses, pour que ça se passe bien dans ce nouveau travail. Dans ces circonstances, il est aussi important de se donner de la bienveillance et de la douceur mais aussi de travailler sur soi car sinon la vie ramène les même épreuves tant qu’on n’a pas assimilé la leçon.
    Bon courage et plein de douces pensées

    • Oui c est tout à fait vrai, j aime beaucoup la citation de Guy Corneau à ce sujet : La vie est parfaite puisqu’elle nous ressert toujours le même plat jusqu’à ce que nous prenions conscience de ce que nous sommes en train de manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *