Burn out : qui consulter ?

burn out qui consulter

Burn out : qui consulter face à l’épuisement professionnel ? Quel professionnel peut nous aider quand on est en burn out ? Quel est le rôle du médecin généraliste, du médecin du travail, du psy, du coach ? Quelle est la différence entre un psychiatre, un psychologue, un psychothérapeute, un psycho-praticien ? Pas facile de s’y retrouver dans cette multitude de dénomination. Pour en savoir plus, lisez cet article.


PAS FACILE DE TROUVER DES PROFESSIONNELS FACE AU BURN OUT

seule, perdue : qui puis-je consulter pour remonter la pente du burn out ?

Lorsque le diagnostic est tombé et que je me suis retrouvée en arrêt maladie, je me suis mise en quête des professionnels qui pourraient m’aider. Pas facile de s’y retrouver dans la multitude de titres et pratiques. Je me suis sentie perdue, seule, face à une tâche énorme pour laquelle je n’avais pas d’énergie. C’est pourquoi il m’a semblé important de vous partager cet article.

Ne pas rester seul face au burn out et développer une approche multiple

Vous trouverez ici une liste non exhaustive des professionnels qui peuvent vous être utiles. Il n’est pas nécessaire de tous, les consulter. À vous de choisir en fonction de votre besoin ceux qui vous semblent les plus pertinents. Ce qui est certain, c’est qu’il est important de ne pas rester seul face au burn out et que l’approche est souvent multiple.

Pour ma part, je me suis appuyée sur mon médecin généraliste, une psychologue, et des praticiens (hypnose, sophrologie, massages ayurvédiques, kinésithérapie, ostéopathie etc.) puis j’ai remonté la pente avec une coach professionnelle.

un article imparfait

J’ai mis du temps à écrire cet article parce que l’équation est en fait très complexe. Les titres et rôles pas toujours très clairement définis. Cet article est donc imparfait. Mais je me suis dit qu’il était important de vous partager l’état de ce que j’ai compris lorsque j’ai entrepris mes recherches. N’hésitez pas à rectifier ou compléter les éléments manquants.


QUI CONSULTER EN PREMIER FACE AU BURN OUT ? LE MEDECIN TRAITANT ET LE MEDECIN DU TRAVAIL, EN PREMIERE LIGNE

Le médecin traitant : pour poser le diagnostic et vous délivrer l’arrêt de travail

Votre médecin traitant est la première personne qui peut vous aider. C’est lui qui prononce le diagnostic et l’arrêt de travail au moment de “la chute du burn out”. Il peut vous prescrire des médicaments pour atténuer ou supprimer certains symptômes et vous conseiller sur le besoin d’un support psychologique ou psychiatrique. Vous pouvez discuter avec lui du bon moment pour une reprise. Si vous ne vous sentez pas écouté, vous pouvez consulter une autre personne pour avoir un autre diagnostic. En revanche, c’est le médecin qui a posé l’arrêt de travail initial qui doit en principe les poursuivre.

Témoignage de Mélanie : J’avais la fâcheuse habitude de toujours sourire à mes interlocuteurs. Si bien que, lorsque j’ai expliqué à mon médecin que j’étais épuisée. Elle ne m’a pas prise au sérieux. J’ai dû attendre d’avoir des symptômes graves pour bénéficier d’un arrêt.

Le médecin du travail : pour détecter le mal-être et organiser le retour au travail

Le médecin du travail est parfois votre premier contact. Soit parce que c’est au cours d’un rendez-vous prévu qu’il identifie que vous n’allez pas bien, soit parce que vous avez pris rendez-vous avec lui pour parler de vos difficultés. Il peut vous déclarer inapte temporairement au travail lors d’une consultation. Mais il vous faudra de toute façon consulter votre médecin traitant en parallèle pour bénéficier des indemnités de la sécurité sociale.

Au delà de vous déclarer inapte, il a un rôle de prévention. N’hésitez pas à lui parler de votre mal-être au travail en amont, lors de vos entretiens annuels. Vous pouvez demander des rendez-vous supplémentaires lorsque vous en avez besoin.

Pendant votre arrêt ou au moment de la reprise du travail, il vous aide à aménager votre retour (aménagements de postes nécessaires, discussion avec votre employeur et votre hiérarchie etc). Là encore, vous pouvez solliciter un entretien si vous le souhaitez.

Si plus tard vous ne pouviez pas revenir au travail, c’est lui qui prononcera l’inaptitude à votre poste ou à tout poste dans cette entreprise. Cette procédure, prend du temps, n’hésitez pas à contacter votre médecin du travail pendant votre arrêt pour discuter avec lui en amont.

Le médecin du travail est tenu à la confidentialité et votre dossier médical n’est pas partagé avec l’employeur. En principe, il est indépendant.

Si vous souhaitez une reconnaissance maladie du travail suite à votre burn out, il faudra vous adresser directement à la CPAM avec l’appui de votre médecin traitant.

Témoignage de Patrick* : La dernière étape est le licenciement. Le médecin du travail a entamé une procédure d’inaptitude sans possibilité de reclassement. Un mois plus tard, j’étais séparé de mon employeur

Pour aller plus loin, lisez les articles suivants :


QUI CONSULTER POUR SOIGNER LES BLESSURES PSYCHOLOGIQUES DU BURN OUT ? PSYCHIATRES, PSYCHOLOGUES, PSYCHOTHERAPEUTES, PSYCHOPATRICIENS QUELLE DIFFERENCE ?

pourquoi consulter un “psy” quand on est en burn out ?

Leur rôle est de vous accompagner lors de l’étape de la “récupération” (cf les 7 étapes du burn out). La psychothérapie permet de soigner à travers la parole ou d’autres outils les blessures psychologiques : celles liées au burn out ainsi que toutes celles que vous n’avez pas traitées avant. On pense parfois à tort que l’on va voir un “psy” quand on est fou. Or poser des mots sur le vécu, libérer la parole aide à cicatriser les maux. Toute le monde a besoin d’un “psy” à un moment de sa vie. Certains psychiatres proposent aussi des accompagnements psychothérapeutiques. Il est possible de consulter gratuitement des professionnels de la psychologie (infirmiers, psychologues psychiatres) dans les Centres Médico-Sociaux.

Le psychiatre, un médecin spécialisé des maladies mentales

Le psychiatre est un médecin diplômé de la faculté de médecine. Il est le seul habilité à poser un diagnostic sur votre santé mentale. Il peut prendre la suite du médecin traitant pour déclarer vos arrêts de travail et préciser les supports médicamenteux dont vous avez besoin, notamment lors de la phase de “décompression” (cf les 7 étapes du burn out). Ses honoraires sont pris en charge par la sécurité sociale. Les rendez-vous peuvent-être très variables (15 minutes à 1h). Ils ne sont pas tous psychothérapeutes, certains se centrant sur le diagnostic et la délivrance de médicaments. Dans certaines villes, les temps d’attentes peuvent être long pour le premier rendez-vous.

consulter un psychologue pour déposer les maux/mots du burn out

Les psychologues sont détenteurs d’un master de psychologie (bac+5). Ils peuvent intervenir dans différents domaines et ne sont pas tous psychothérapeutes. Leurs honoraires sont remboursés par certaines mutuelles. Les psychologues cliniciens sont spécialisés dans l’accompagnement de la souffrance psychique.

que signifie le terme psychothérapeute ?

Le psychothérapeute est un professionnel formé à la psychothérapie. Plusieurs écoles et outils de psychologies existent (Gestalt, Approche centrée sur la personne, analyse transactionnelle, PNL etc…).  Le terme psychothérapeute est réservé aux  psychiatres et psychologues. Les praticiens formés à ces pratiques n’ayant pas l’un de ces deux diplômes, ont le titre de psycho-praticien.

que signifie la denimination psycho-praticien ? Qui consulter face au burn out ?

Les psycho-praticiens ne sont pas détenteurs d’un diplôme de psychologie. Ils ont suivi un cursus spécialisé dans un domaine psychothérapeutique spécifique mais n’ont pas le titre de psychologue ou psychiatre. Exemples : Psychanalyse, thérapie comportementale et cognitive (TCC), Gestalt-thérapie, analyse transactionnelle, programmation neuro-linguistique (PNL), hypnose ericksonienne etc. Ils peuvent offrir des outils complémentaires en fonction de vos besoins.

les autres professionnels a consulter pour réparer les blessures du burn out

D’autres professionnels peuvent aussi vous être utiles : sophrologues, hypnothérapeutes, praticiens EFT, EMDR, masseurs, naturopathes etc. Ces méthodes ont des bénéfices variés : mieux gérer le stress, reprendre confiance en soi, libérer les blocages induits par le traumatisme du burn out, reprendre de l’énergie grâce à l’alimentation etc. Certains métiers sont encadrés et reconnus par l’état, d’autres non. Il vous appartient de questionner la personne sur la méthode qu’elle utilise et sa formation. Le bouche à oreille reste souvent le meilleur moyen de trouver le praticien qui vous conviendra.

Témoignage de Nathalie : (…) j’ai mis en place un ensemble de choses pour aider mon corps à aller mieux. J’ai été voir des thérapeutes : homéopathes, acupuncteurs, naturopathe, réflexologue plantaire, thérapie énergétique etc. Tous les jours j’allais marcher au moins 1h dans la nature. J’ai fait attention à mon alimentation. J’ai fait de la méditation. Au final, je me suis créé un environnement porteur, positif, énergisant, de façon créer les conditions de ma reconstruction. Puis, petit à petit la confiance en moi en revenue. Pour lire le témoignage complet, cliquez ici : burn out : témoignage de Nathalie

Pour aller plus loin lisez ces articles :


QUI CONSULTER POUR REMONTER LA PENTE DU BURN OUT ET PREPARER SON RETOUR AU TRAVAIL APRES UN BURN OUT ? LE ROLE DU COACH PROFESSIONNEL

qu’est-ce que le coaching professionnel ?

Le coach professionnel est détenteur d’un diplôme issu d’une école de coaching (bac+3 à bac+5). Comme les psychologues, il utilisent la parole comme outil. Mais contrairement aux thérapeutes, le but n’est pas de vous aider à soigner les blessures passées, mais vous accompagner à agir à partir de l’état présent pour atteindre le futur que vous souhaitez. C’est la mise en mouvement vers l’objectif souhaité qui permet d’aller mieux. Le coaching professionnel est utile dans la phase de “reconstruction” (cf les 7 étapes du burn out) pour repenser le travail, retrouver confiance en soi, identifier et mettre en place les actions de retour à l’emploi à votre poste ou ailleurs.

Témoignage de Delphine suite au programme Rêv’Ailes-Toi : « Le coaching, je ne connaissais pas. La manière dont les questions sont articulées m’ont permis de sortir des choses que j’avais dans ma tête et dont je n’avais pas conscience. Je n’arrivais pas à trouver les réponses. Les nœuds se dénouaient à travers les questions que tu me posais. Parfois j’arrivais à des évidences que pour autant je n’avais pas réussi à formuler par moi-même avant. ».

comment choisir son coach professionnel ?

Le titre de coach professionnel a été récemment reconnu par l’état (2016), ce qui permet de mieux réglementer la profession. Beaucoup d’écoles non reconnues fleurissent malheureusement ainsi que des coachs autoproclamés. N’hésitez pas à demander les diplômes obtenus à la personne que vous rencontrez et l’équivalent RNCP (niveau de bac). L’appartenance à une fédération de coaching est aussi un gage de sérieux (EMCC, ICF, SFCoach). Souvent les coachs proposent une première séance gratuite, une occasion de voir si le courant passe et si la méthode vous convient.

le coaching pour reprendre confiance en soi et clarifier son projet

Témoignage de Lucie suite au programme Rêv’Ailes-Toi: « Avant j’étais au fond du gouffre. J’étais perdue, noyée dans des questions auxquelles je ne trouvais pas de réponse. Maintenant je suis beaucoup plus sûre de moi. J’ai repris du poil de la bête. J’ai mis en lumière ma passion et ce vers quoi je veux me diriger. Tu m’as donné des clefs au fur et à mesure des séances. Tu as su réveiller en moi les flammes qui étaient à l’état latent. Quand je sors de mes séances de coaching, ma motivation revient alors elle qu’était effritée la veille. » Pour lire d’autres témoignages, cliquez ici : Rêv’Ailes-Toi après un burn out

le coaching pour creer une nouvelle activite apres un burn out

Extrait du témoignage de Nathalie : A un moment je me suis dit : « accepte ce qui se passe et fais-en quelque chose ». Et là c’est le début de la remontée. C’est là que j’ai commencé à travailler avec la coach que j’avais contactée. Avant l’arrêt, depuis 2 ans, je murissais le projet de créer mon activité. On a travaillé sur là où j’en étais, comment transformer ce qui m’arrivait en quelque chose de constructeur pour mon futur projet et comment faire en sorte de ne pas me remettre dans la même situation. J’ai identifié tout ce que je devais mettre dans ma vie en général pour avoir l’environnement qui me convient. Cliquez ici pour lire le témoignage complet de Nathalie 


DES APPROCHES COMPLEMENTAIRES POUR UN ACCOMPAGNEMENT MULTIDIMENSIONNEL

Toutes les approches présentées ici sont complémentaires. En fonction de votre besoin, et de là où vous en êtes, vous pouvez activer l’un ou l’autre de ces leviers. Certains de ces professionnels seront spécialistes du burn out, d’autres non. Au final, la plupart sont généralistes et peu sont spécifiquement formés à l’accompagnement de l’épuisement professionnel.

Quelque soit le praticien choisi, il est important de se rappeler que vous avez le choix. Si une personne ou une méthode ne vous convient pas, vous êtes libres d’en changer.  Vous pouvez aussi prendre contact avec une personne juste pour “prendre la température”. S’il n’y a pas assez de professionnels spécialisés près de chez vous, un certain nombre de spécialistes proposent des accompagnements en distanciel. Bref : vous êtes libre et il y a de multiples solutions possibles pour vous.


CREER UN RESEAU D’AIDE AUTOUR DE SOI

Identifier des proches pour nous soutenir face au burn out

Vous aurez aussi besoin d’identifier les proches qui peuvent vous soutenir dans cette épreuve. Voici quelques questions qui peuvent vous aider à identifier ces personnes :

  • Qui dans votre entourage peut vous apporter une aide pratique (s’occuper des enfants, faire vos courses, le ménage etc.) ?
  • Qui sera un soutien psychologique (une oreille attentive, une source de conseils, un ami qui vous fait rire) ?
  • Qui a des connaissances qui pourraient vous être utiles (un proche ayant vécu un burn out ou autre accident de vie, une personne ayant des contacts de professionnels etc.) ?
  • Il y a-t’il des associations qui peuvent vous venir en aide ?
  • Quels sont les groupes dans les réseaux sociaux qui peuvent vous aider ?

Vous n’êtes pas seuls face au burn out

Je me suis sentie seule face au burn out. Je l’entends souvent dire aussi par mes clients aujourd’hui. Pourtant, ce qui enferme ces personnes dans la solitude, c’est bien souvent le fait que nous n’osons pas demander de l’aide, ou n’allons pas frapper aux bonnes portes. Aujourd’hui, je sais qu’il existe une multitude de mains tendues prêtes à vous aider. La recherche de ces options nécessite d’ouvrir la parole, d’oser dire ce qui nous arrive. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est le premier pas vers la guérison. En effet dire “je suis en arrêt pour burn out”, cela signifie accepter ce qui arrive et oser parler de ses failles. Ces deux points sont essentiels au processus pour remonter la pente du burn out.

Oser demander de l’aide

Je me rappelle la première fois que j’ai osé dire à une amie que j’étais en arrêt pour burn out. Cela faisait une semaine que je n’étais plus au travail. Je cherchais vainement un psychothérapeute pour m’accompagner. Le seul psychiatre spécialisé dans le burn out de la région m’avait répondu qu’il était complet et ne prenait plus de patient. Je faisais face à une liste incommensurable de psychologue et autres psycho-patriciens sans savoir qui contacter.

Nous étions un samedi matin à la médiathèque. Au bout d’un moment j’ai osé : “ Samia, tu sais, je suis en arrêt depuis une semaine. Je fais un burn out. Est-ce que tu ne connaitrais pas un psychologue ?”. Oser demander, m’avait permis de libérer la parole, de trouver une oreille attentive et d’avoir deux noms de professionnels : une psychologue et une masseuse aux doigts d’or. Depuis ce-jour, notre relation s’est ouverte sur un champs nouveau de discussion, plus intime, plus profond. Et vous quel est cet ami qui va vous tenir la main pendant votre route ?

Les associations et groupes de réseaux sociaux pour faire face au burn out

Sachez aussi, qu’apparaissent un peu partout des associations et groupes de réseaux sociaux destinés à vous soutenir. Pour trouver ceux qui sont proches de chez vous, la toile vous sera d’une grande aide. Les blogs tels que PartageTonBurnOut.fr vous partagent de l’information.


A VOUS DE JOUER

Vous avez maintenant les clefs pour choisir des professionnels face au burn out. C’est à vous de jouer !

Si vous êtes en burn out :

  1. Faites la liste des professionnels qui peuvent vous accompagner. Qui souhaitez vous appeler en premier ? N’hésitez pas à demander à votre entourage s’ils connaissent des personnes qui pourraient vous aider. Il ne vous reste plus qu’à prendre votre téléphone pour prendre rendez-vous. N’attendez pas pour appeler, car les délais sont parfois longs.
  2. Maintenant, faites la liste des personnes de votre entourage que vous pouvez solliciter. Notez en quoi ils peuvent vous aider.
  3. Quelles associations ou réseaux sociaux peuvent vous être utiles ?

Pour en savoir plus sur le programme “Rêv’Ailes-Toi, 3 étapes pour se créer une vie plus alignée avec soi”, cliquez ici :

Si vous accompagnez un proche en burn out :

S’il ne le fait pas de lui même, invitez votre proche à consulter des professionnels. Peut-être pouvez-vous effectuer des recherches et remplir les listes ci-dessus et proposer ce que vous avez trouvé ? Gardez en tête que vous en pouvez pas décider à la place de l’autre, vous ne pouvez qu’offrir votre aide.

Vous aussi, de votre côté, ne restez pas seul. Vous pouvez vous faire accompagner par un thérapeute de façon à ce que vous ayez vos propres espaces de soupape. Les proches aidants peuvent eux aussi finir épuisés. De plus, vous voir consulter invitera peut-être votre proche à faire de même.

Pour aller plus loin, lisez ces articles :


CONCLUSION

Vous avez vécu un burn out ? Dîtes-nous en commentaire quelles approches vous ont aidées à sortir la tête de l’eau et remonter la pente du burn out (sans publicité directe toute fois) ?

Cet article vous a plu ? n’hésitez pas à me le dire.

Vous pensez qu’il peut aider une personne autour de vous ? Vous pouvez lui faire suivre.

Crédits photo : Pixabay : cvpericias

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

13 réflexions sur « Burn out : qui consulter ? »

  1. Merci Astrid pour ce bel article.
    Tes conseils sont particulièrement bons et permettent d’y voir vraiment plus clair.
    Chaque approche a ses qualités et il est bon pour chacun de savoir ce qu’il recherche, qui voir en premier, qui peut apporter une plus value… Bref, des conseils indispensables.

  2. Honnêtement je dois l’avouer je mettais un peu dans le “même sac” (l’expression n’est pas belle mais exprime bien l’idée), toutes ces professions. Je ne pense pas être le seul, et je trouve que ton article répond bien à un besoin d’information claire et utile. Merci !

    • Par contre je me demandais : quels sont les professionnels les plus consultés après un burn-out ? Certes notre médecin généraliste est logiquement le premier qui peut détecter des signes mais après ?

      • Merci pour cette question Nicolas. Je dirais que le généraliste renvoie généralement vers un psychologue ou un psychiatre. Les personnes vont consulter leur “psy” tout au long de l arrêt. Donc plusieurs mois ou années. Ce serait donc eux les plus consultés sur la durée.

  3. Merci pour cet article très complet ! Le Burn Out demande une approche pluridisciplinaire et c’est ce que tu nous démontres à nouveau. Il ne faut pas négliger de faire un bilan micronutritionnel, car la science nous montre que de “simples” micronutriments comme le magnésium peuvent influer sur notre moral et pourtant 70% des personnes sont en carence…Donc ne pas oublier que le Burn Out c’est aussi un effondrement de neurotransmetteurs indispensables à notre bien-être et qu’il va falloir un peu les aider afin de revenir à un seuil normal et retrouver son énergie 🙂

  4. Ton article permet d’avoir une vue globale du chemin que l’on a à parcourir depuis le diagnostic du burnout jusqu’au retour au travail. Avoir un tel aperçu permet d’ancrer qu’aussi difficile qu’il soit, le burnout a un début, mais aussi une fin. J’espère que beaucoup de gens qui sont dans le questionnement sur ce sujet trouveront ton article.
    Comme tu dis, malgré les tabous qui entourent encore (bien malheureusement ) tout ce qui touche à la santé mentale, c’est vraiment primordial de libérer la parole et de se mettre dans une démarche de trouver l’aide qui convient le mieux pour attenuer les symptômes dans un premier temps et apprendre à être et agir différemment dans son rapport au travail (ou les autres sources de burnout) par la suite. Merci pour le partage !

  5. Bonjour Astrid,
    Merci pour ce bel article qui permet de savoir un peu plus vers qui s’orienter.
    Je te rejoins complètement sur le fait d’oser en parler.
    Il n’est pas facile de comprendre que l’on est en burn-out car avant d’en arriver là, plusieurs signes apparaissent avant (notamment le stress, manque de confiance…).
    Avoir récapitulé tous ce que l’on peut trouver comme aide est une excellente idée.
    Aujourd’hui j’utilise aussi la méditation comme pratique régulière pour favoriser un environnement positif pour mon corps et mon esprit ! Cela fait un bien fou.

  6. Bonjour Astrid,
    Excellent article ! C’est tellement important que les personnes qui souffrent de Burn Out puissent être guidées dans leurs démarches de soins, et les conseils que tu apportes sont très pertinents !
    (J’ai une toute petite information complémentaire concernant le titre de psychothérapeute : il est aussi accordé aux psychanalystes qui ont un master 2 en Etudes psychanalytiques de certaines facultés.)

  7. merci Astrid, cet article sera utile c’est certain!. un peu avant mon burn-out, j’avais demandé à mon médecin traitant l’adresse d’une psychologue. mon médecin a vraiment su m’orienter et m”écouter car les symptômes que je lui décrivais n’étaient pour moi pas très clairs ! et lorsqu’on est en plein burnout, il est parfois difficile d’arriver à l’expliquer à ses proches car on ne comprend pas soi-même ce qui se passe. mais c’est vrai que c’est à ce moment-là que j’ai vu sur quels amis je pouvais compter et ceux qui m’ont dit clairement qu’ils ne pouvaient pas m’aider (peur de la contagion peut- être ? 😂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *